Le Moment Venu

Publié le par M.T

Le Moment Venu

Bon, on ne va pas refaire toute l’histoire, vous la connaissez par cœur. Depuis trois mois, on n’entend que cela, les révélations qui pèsent sur le candidat Fillon puis les charges retenues contre lui. Mais au delà des charges et dans le respect d’une instruction en cours où la présomption d’innocence prévaut, ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est l'éclairage nouveau que ces affaires apporte au candidat Fillon.

Dans une grande dignité outragée, au lendemain des premières révélations et sur le plateau de TF1, le candidat Fillon nous a affirmé qu’il n’y avait pas « le moindre doute sur l’emploi légal et réel » de son épouse comme collaboratrice. Pour preuve de sa probité, il nous a soutenu, face caméra, qu’il se retirerait de la campagne présidentielle si il était mis en examen, gageant par là qu’une telle extrémité était inenvisageable.

Et paf le chien ! Le parlementaire Fillon mis en examen, le candidat Fillon se maintient.

La première leçon à retenir est donc que le candidat Fillon que l’on présumait homme de foi fait peu de cas de sa parole donnée. On peut alors légitimement se poser des questions quant à ses promesses électorales.

Ensuite et sans plus étayer sa défense que par des « si je vous le dis, c’est que c’est vrai », le candidat Fillon hurle au loup cherchant à détourner l’attention sur lui pour la déplacer vers les affreux qui lui en veulent, les « on » et les « ils » qui veulent l’abattre. Diantre, il y a du maléfice là-dessous !

Deuxième leçon à retirer de ces révélations : le candidat Fillon qu’on pensait homme sensé et réfléchi est un paranoïaque fervent défenseur de la thèse du complot. Et de l’entendre dérouler les plus absconses accusations sur un complot que l’État lui-même ourdirait contre lui. C’est sûr, au vu des derniers sondages sur le candidat Hamon et le non candidat Hollande, le fameux Cabinet Noir aura été super efficace.

Au passage, anecdotique mais révélateur, on découvre que le candidat Fillon a été obligé de prendre un prêt de 30.000 € auprès de sa fille pour payer ses impôts. Raison invoquée : « j’attendais les droits d’auteur de mon livre pour payer mes impôts ». Voui… Et pour payer les impôts sur ses droits d’auteur ? Il va faire comment l'imposé Fillon ?

Troisième leçon : Le candidat Fillon qu’on pensait un gestionnaire hors pair s’avère mauvais élève.

En piochant ailleurs, on découvre que le candidat Fillon qui clame sa probité sur tous les tons accepte, alors même que tous les projecteurs sont tournés vers lui, d’endosser des costumes qu’un ami généreux lui offre.

Quatrième leçon : le candidat Fillon fait preuve d’un manque terrible de jugement. So sad.

Enfin et pas des moindres, le candidat Fillon oppose à toutes les accusations portées contre lui, sa femme et le p’tit Prince qu’il fera, bientôt, le moment venu, quand le jour viendra, et selon un calendrier opportun, toute la vérité sur ces affaires et qu’il apportera alors toutes les preuves nécessaires, véridiques, juré craché si j’m’mens, j’vais en enfer, pour faire éclater au grand jour toute son innocence.

Okay... Imagine-t-on un sportif, au beau milieu d’une compétition, marcher au lieu de courir en assurant à son public qu’il a toutes les capacités pour arriver premier mais qu’il en ferait la preuve plus tard, le moment venu ? Moi, j’en doute.

Cinquième leçon et sans doute pas la moindre : le candidat Fillon n’est pas un fin tacticien et à clamer qu’il donnera toutes les preuves plus tard nous donne à penser qu’il n’en a aucune.

Moralité de l’histoire : A la lumière de toutes ces péripéties, on comprend que le candidat Fillon prend ses électeurs pour des couillons ou des fanatiques.

Mais qu’à cela ne tienne, le candidat Fillon aura été au final blanchi ! Mais c'est vrai qu'à force de nous rouler dans la farine...

Et pour finir : après les emplois, vivent les soutiens fictifs !

Hier soir, dans L’Émission Politique de France 2, face au candidat Macron, une intervenante, Barbara Lefebvre, professeur d’histoire géographie, après avoir juré qu’elle n’en était pas, a été démasquée comme faisant parti des soutiens du candidat Fillon.

Bouh... c'est pas beau de mentir...

 

Commenter cet article