Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Barjot, une ex-humoriste qui ne fait plus rire !

Publié le par M.T


Mais jusqu’où va-t-elle aller ?! Jusqu’où cette femme va-t-elle porter la haine, la violence, le rejet de l’autre ? Que cherche-t-elle à travers sa pseudo-croisade moralisatrice ? Que veut-elle se prouver ? Comment peut-elle ne pas comprendre qu’elle est en train de faire lever une récolte fasciste, extrémiste et d’une fureur inouïe qui, non content de la broyer, (mais ça, c’est son problème), va pulvériser la société française ?!

 

Barjot, oui, cette femme l’est, avec juste cet éclair d’intelligence à se définir elle-même en tant que tel, dans une acuité rare. Oui, barjot, folle, incontrôlable, égotique, pas plus agaçante qu’un moustique qui vous tournicote autour mais dont la piqure serait mortelle. Barjot dans sa recherche à tout prix des lumières de la gloire où elle finira bientôt par se brûler les ailes. Barjot de croire qu’elle est plus démocrate que la démocratie, que son combat est juste alors qu’il dénie, que son amour est le plus fort alors qu’il est dévastateur. Barjot enfin, dans son entêtement aveugle et meurtrier à encourager le soulèvement d’une minorité tapie dans le silence qui n’attend qu’un signal, n’importe lequel pourvu qu’il soit mené par la haine, pour abattre leurs poings vengeurs et rageurs sur les visages et les cœurs de ceux et celles qui n’ont comme seul défaut que de croire en l’amour universel.

 

Et vous savez le pire dans toute cette histoire, c’est que je ne vois même pas où est le, enfin, leur problème à ces gens là. Que craint Barjot et ses fidèles ? Que l’amour triomphe ? Mais ne dit-on pas que « Dieu est amour » ? Que deux hommes ou deux femmes s’unissent, rentrant ainsi bien gentiment dans un schéma très bourgeois et plutôt rassurant pour la société ? En quoi la filiation ainsi encadrée et protectrice des droits des parents et de l’enfant et qui amène à plus de sécurité pour tous, serait-elle à proscrire ? Un enfant ne peut être élevé par deux femmes ou deux hommes car il manquerait à son éducation et sa structure un référent ? Allez, soyons sérieux où dites moi alors ce qu’il en est d’enfants nés de familles monoparentales ou divorcées. Non, décidément, je ne vois pas où se situe LEUR problème !

 

Et aucune de leurs invectives ne pourra me convaincre que ma demande, en tant que femme de pouvoir épouser ma conjointe, puisse être illégitime ou qu'elle puisse être d'un quelconque danger pour le pays dans lequel je vis et la société dans laquelle j’évolue. Je deviendrai différente ? Je le suis déjà pour ces gens là qui refusent de comprendre que ma sexualité n’a rien de distincte par rapport à la leur. Je m’adresse à vous, Madame Hétéro, de femme à femme, de ce que je suis à ce que vous êtes. Votre mari ne vous caresse donc pas ? N’embrasse-t-il pas votre sexe, le titillant du bout de sa langue, l’agaçant de baisers pour faire naître en vous le plus exquis des désirs ? Ne vous pénètre-t-il pas autrement qu’avec sa verge mais aussi ses doigts qu’il saura glisser avec la plus grande des douceurs entre vos lèvres humides ? Et bien, moi, c’est pareil mais avec une langue et des doigts de femme. Vous voulez mon avis pour avoir connu les deux, homme et femme ? Et bien les deux me vont, merci mais ma sexualité épanouie ne m'empêche pas de vouloir épouser ma femme, lui promettre amour et fidélité devant monsieur le Maire, ma famille, mes proches et m'assurer ainsi que si je venais à disparaître, elle soit protégée et le fruit de nos entrailles également.

 

Quelle autre différence ? Alors oui, peut-être en existe-il une. Adolf Hitler, né de parents hétéros. Et tous les tueurs, violeurs, assassins, pédophiles… tous, sans exception, nés d’un père et d’une mère. Oui, je sais, l’exemple est facile mais lorsqu’on me balance au visage qu’élevés par une famille homoparentale, nos enfant vont devenir des monstres incapables de comprendre qu’il a fallu à maman, le sperme d’un homme ou à papa, le ventre d’une mère porteuse pour naître, il me vient du dégoût pour ceux qui distillent ces informations stupides, racoleuses et perverses. Et bien non madame, non monsieur, nos enfants ne seront pas élevés ainsi mais iront comme les autres à l’école de la République où ils glousseront avec les vôtres aux TP de sexologie, en comparant leurs expériences et leur vécu.

 

Admettez le une bonne fois pour toute et sachez que nous, homosexuel(les) de tous les pays, ne vous en voudrons jamais d'être né(e)s de vous, hétéroséxuel(le)s ! Et comprenez, en toute bonne foi, que si ça marche dans ce sens là, il n’y a aucune raison que nous ne fassions pas, nous homosexuel(le)s, de beaux bébés hétéros ! Non, nous ne cherchons pas détruire la société mais, bien au contraire, nous voulons son ouverture, dans l'amour de sa diversité et le respect de l'égalité. N'est-ce pas pour cela que nos ancêtres se sont battus à travers révolutions et guerres ? Pour nous offrir, à toutes et tous, un pays de lumières, moderne et fraternel ?

 

Alors je vous en supplie, stoppez maintenant l’escalade de la violence et montrez nous que vous, hétéros, êtes capables de tolérance et d’amour. Et que ceux qui ne sont pas d’accord avec ces fous furieux et leur croisade passéiste mais partagent leur sexualité se fassent entendre. A nous les hétéros ! Faites vibrer vos voix ! Affirmez haut et fort que vous nous faites confiance pour bâtir, à vos côtés, une société basée sur l’amour et la tolérance.

 

Attendez, comprenez que je ne suis plus une oie blanche et que j’ai perdu ma naïve foi en une espèce humaine faite d’honnêteté, de vérité et de sincérité (c’est même assez récent et je m’en remets difficilement) mais au fond de moi je sens toujours battre ce cœur qui m’aide à sourire à l’autre, à lui tendre la main, à l’écouter et à partager ce monde où, à mes yeux, personne ne devrait jamais être contre personne. (Finalement, je reste un peu naïve !).

 

Quant aux autres récalcitrants, rentrez dans vos églises, aller parler à votre dieu et demandez lui, demandez vous s’il n’est pas né et mort pour faire triompher l’amour et uniquement l’amour. Ou alors nous n'avons pas suivi les mêmes cours de catéchisme ?! Sodome et Gomorrhe, me répondrez vous ? Et bien retournez également à vos textes et posez-vous les bonnes questions sur les traductions des termes employés. Auriez-vous la naïveté de croire qu'elles sont fidèles et non orientées ? Et quand bien même votre dieu aurait détruit ces villes uniquement pour leur pseudo débauche homosexuelle et qu’à la lettre vous vouliez suivre ses préceptes, faites le en votre seing mais ne blâmez pas ceux qui ne suivraient pas votre chemin mais qui vous aiment, dans votre propre et particulière différence. Arrêtez de nous honnir et de brandir vos poussettes en rempart bien dérisoire ! Comprenez que ce que vous faites à vos enfants, aujourd’hui, en les instrumentalisant ainsi, est criminel ! Vous voulez leur mettre des chemises brunes aussi pour être raccord avec votre histoire ?! Honte à vous ! Honte à votre haine et à votre acharnement ! Honte à l’éducation sectaire que vous imposez à vos propres enfants qui vont grandir, grâce à vous, dans le rejet de l'autre !

 

Barjot promet du « sang » à Hollande ? Et bien nous, nous vous promettons l’amour et la tolérance et, par delà nos consciences heurtées, bafouées et meurtries, le pardon de vos actes.

 

Amen !

Partager cet article

Repost 0

Vite dit...

Publié le par M.T

Il y a la Grèce. Il y a Chypre. Il y a nous derrière. Il y a la Corée du Nord et ses bombes atomiques. Il y a des bandes qui attaquent des trains, et c'est en France. Il y a le taux de chômage qui pulvérise tous les records. Il y a des restrictions et moins d’espoir. Il y a mon ex qui me fait un procès. Il y a un hiver pourri et un printemps qui n'en revient pas. Et il y a ça….

 

 

 

 

Et moi je me demande ce qui est le pire ?....

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

Vite fait...

Publié le par M.T

Des dangers du relooking express....

 

Capture d’écran 2013-03-26 à 09.16.50

 

Boutin confond une bombe aérosol de gaz lacrymo avec celle de sa laque super brillance et longue tenue. En même temps, elle le vaut bien !

 

Plus à l'Est mais tout aussi à l'Ouest, Gérard Depardieu aurait annoncé vouloir tourner un film sur la Tchétchénie où, selon lui, vivent des « gens heureux »… Aurait-il été gazé lui aussi ?

 

Ne perdant pas le Nord, et selon Valérie Pécresse, Nicolas Sarkozy serait « déterminé à laver son honneur » ? Question : compte-il employer un Kärcher ?

 

A droite gauche toute ! Mélenchon indique qu’entre « la souveraineté du peuple et la sortie de l’euro » il choisirait « la souveraineté du peuple ». Et s’il ne parle pas directement de « sortie de l’euro », c’est « pour ne pas capituler devant l’Allemagne ». Est-ce que quelqu’un pourrait dire à Mélenchon, qu’on est bien en 2013 et pas en 1913 ?...

 

Bon, moi je vais ballader mon chien...

Partager cet article

Repost 0

Droit de réponse

Publié le par M.T

Pour faire suite à l’article d’hier X. Kemlin Vs Trierweiler qui traitait, entre autre, d’un dépôt de plainte concernant un éventuel détournement de fonds publics qui serait du, selon le dépositaire, à la présence de l’imprononçable Madame Trierweiler dans les locaux de l’Elysée, j’ai reçu, en commentaire privé, via le lien contact de ce blog, une réaction à chaud d’un lecteur se proclamant être Monsieur Xavier Kemlin en personne ! Evidemment, je n’ai aucun moyen de vérifier l’identité de ce commentateur et de vous affirmer ici qu’il s’agit bien là de notre homme. Cela étant, par honnêteté intellectuelle, je considère que ce monsieur, si ce monsieur il est, doit pouvoir bénéficier d’un droit de réponse.

 

Voici donc, sans coupe ni rajout, ce que j’ai reçu hier de ce lecteur se présentant comme monsieur Xavier Kemlin et qui, après que je lui en ai fait demande, m’a autorisée à publier ceci :

 

mail XK

A part ça, c’est le printemps ici. Et chez vous ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

X. Kemlin Vs Trierweiler

Publié le par M.T

 

Une envie pressante m’a prise ce matin d’ouvrir une rubrique « On s’en fout, mais quand même ». Il faut vous préciser que je passe pas mal de temps, le matin, devant ma thermos de café et mon écran d’ordi sur lequel je fais défiler toutes les nouvelles du jour. Alors bien sûr, il y a des choses importantes qui font peur. Par exemple, une photo d’Hillary Clinton (Mais que s’est-il donc passé Hillary ?) Heureusement, la lecture de l’article qui accompagne cette image peu flatteuse nous rassure. Cette Dame est toujours aussi brillante et, cheveux sur le gâteau, elle est pour le Mariage pour Tous ! Ca c’est bien Hillary !

 

En revanche, en vraiment flippant, il y a l’information d’une agitation Nord-Coréenne qui menace les Etats-Unis d’une frappe nucléaire préventive sur leurs territoires ! Oui, là, on sent tout de suite qu’on ne rigole plus et même si les méandres de cette hostilité belliqueuse nous échappe un peu, on se surprend à vite rechercher dans nos mémoires d’écoliers-lières la situation géographique précise de cette Corée nordique afin de s’assurer que les missiles ne nous passeront pas au dessus de la tête s’ils venaient à être lancés mais emprunteront la voie aérienne opposée. Oui, je sais, c’est pas très gentil pour les autres qui pourront toujours contempler les jolies panaches de fumée que laisseront derrière elles ces bombes volantes en croisant les doigts que leur technologie balbutiante ne les fasse pas exploser en chemin. Je sais, j’ai honte… Pour me faire pardonner, mon esprit salace sagace ne manquera pas de vous faire remarquer que si la Corée balance par l’Est, ces missiles survoleront donc l’océan Pacifique… Doit-on y voir un signe encourageant ?

 

Mais ce n’est pas de cela dont je voulais vous parler ce matin. Non, il y a une information toute aussi importante, voire terrible car nationale ! Figurez-vous qu’une plainte pour détournement de fonds public vient d’être déposée contre notre Première Dame, à savoir l’inorthographiable Valérie Trierweiler ! Elle émane de Xavier Kemlin qui estime que ses impôts - "ne peuvent servir à loger, nourrir, blanchir, vêtir, payer les voyages ainsi que le personnel d'une dame avec qui la nation n'a aucun lien juridique".

 

Là, je dois vous dire que, sans apprécier plus que cela la dite Dame, mon sang, quand même, a fait un double tour dans ma poitrine claquant au passage mon ventricule gauche. Quoi ? Trierweiler, une escroqueuse qui piquerait les sous de la République ?! Reprenant mon souffle et mon rythme cardiaque, je me suis alors penchée vers l’accusateur, histoire d’en savoir un peu plus sur lui.

 

Alors, qui es-tu Xavier Kemlin ? Un juriste ? Un avocat de renom ? Un fiscaliste ? Une taupe de l’UMP ? Et bien sachez que ce monsieur Kemlin a comme titre de gloire d’être l’arrière petit-fils de Geoffroy Guichard ! .. Oui… A vous non plus cela ne dit pas grand chose mais en même temps, ce nom vous semble familier… Cherchez un peu ! Oui, c’est ça ! Saint Etienne ! Le Stade Geoffroy Guichard ! Bon sang, combien de samedi collé sur les ondes d’EuropeNuméroUn qui diffusait en permanence chez mes parents et relatait alors les exploits de l’AS Saint Etienne ! Les Verts ! Platini !… Ca y est ? Vous situez ? Et qu’est-ce qu’il n’a fait ce Geoffroy Guichard pour se payer un stade et une équipe de foot ? Et bien il a créé de ses petites mains l’entreprise Casino, celle des courses en épicerie, à laquelle vous pouvez rajouter aujourd’hui Monoprix et Leader Price. Voilà, ça c’était pour le cadre, maintenant, revenons à notre affaire.

 

Donc voici notre Première Dame accusée de profiter des largesses de la République sans aucune légitimité puisque la donzelle n’est pas mariée à notre Président. C’est sûr… voilà une question grave… et d’autant plus équivoque qu’elle émane d’un rentier, plaignant héritier dont le principal labeur fut, depuis sa plus tendre enfance, de regarder fructifier les bénéfices d’un revenu déposé bien gentiment au pied de son berceau et qui, l'information à son poids, ne vit plus en France depuis une bonne dizaine d’années  !

 

C’est sûr que lorsqu’on profite des rentes du grand-papi de Saint Etienne en contemplant de charmantes et accueillantes pentes hélvètes, on a largement le temps alors de devenir un procédurier notoire, le sieur Kemlin se battant également contre Carrefour qui lui aurait piqué une vingtaine de millions d’euros… Bouh, les méchants…

 

Oui je sais, l'info est naze sauf que moi, j’aimerai bien qu’on arrête d’emmerder tout le monde sur des futilités ruminées à longueur de journée au volant d’une belle Audi A8 immatriculée en Suisse !

 

 

Partager cet article

Repost 0

Qui fait l’homme ?

Publié le par M.T

 

« Qui fait l’homme ? » est l’une des premières réflexions que j’ai entendu sur l’homosexualité, bien avant même que je n’y mette les pieds moi-même. Cette question m’est toujours apparue étrange et inquiétante, comme s’il fallait rétablir une différence sexuelle là où elle n’existe pas et devenir ce que l’on n’a jamais été pour pouvoir exister. Je me souviens, toute jeunette, alors que langoureusement mais non moins fougueusement, je saluais de mes ardeurs enflammées ma petite amie sur la banquette arrière d’un taxi alors qu’elle me revenait de son beau pays l’Amérique, je me souviens donc avoir croisé dans le rétroviseur, le regard inquisiteur de notre chauffeur. Ma langue furetant dans la bouche aimée, je me surprenais moi-même dans cette position qui n’avait rien d’ambigu et compris instantanément, qu’en cette juste fin de millénaire (on devait être en 99), la dite action avait de quoi choquer son homme.

 

Le regard ne nous quittant plus, j’attendais la réflexion qui tue, presque soulagée alors que ma petite amie, toute concentrée sur l’accueil que je lui avais réservé, ne comprenne pas un traître mot de français. Mais au lieu du « Pas de ça chez moi gouinasses » que je craignais, le chauffeur, se raclant la gorge pour attirer notre attention et sans doute se donner un peu de courage, me tint à peu près ce discours.

 

« Excusez-moi, Mesdemoiselles, mais, si ça vous dérange pas… puisque… enfin… vous avez l’air contentes de vous retrouver (Appréciez la litote !), est-ce que je peux vous demander quelque chose ? »… Et là, patatras, ma charmante girlfriend qui dans son émerveillement avait commencé à glisser sa main sous mon tee-shirt, se figea et, sans saisir le sens précis des mots prononcés, me demanda précipitamment si le chauffeur n’allait pas nous sortir à coups de crosse de revolver, ou nous violer dans un terrain vague. Je la rassurais en lui rappelant qu’elle venait d’atterrir en France et qu’il y avait donc plus chance que notre taxi driver nous propose un plan à trois, certainement émoustillé qu’il était par le spectacle que nous venions, un peu malgré nous, de lui offrir. Je dis un peu malgré nous parce que, à l’aube de nos 20 ans, on ne pouvait pas trop nous en vouloir d’être aussi démonstratives après trois semaines de séparation. Mais non. La question n’avait rien à voir avec une proposition indécente mais bien plutôt, tenait d’un vrai désir de notre chauffeur à parfaire sa culture sociétale. Notre homme se lança donc.

 

La question qui suivie fut, vous l’aurez deviné : « Qui fait l’homme ?... » Et là je vous fais grâce des emberlificotements et autres bafouillements de notre homme qui tentait vainement de rendre sa question moins directe ou tout au moins, moins invasive mais qui, emporté par sa curiosité, n’avait pu s’empêcher de la poser.

 

A toute question, il faut une réponse. Je regardais mon amie et réfléchis. « Qui de nous deux faisait l’homme ? »… Et surtout, « est-ce que l’une de nous deux faisait seulement l’homme ? ». Je laissais notre chauffeur continuer ces ballotements entre excuses et timide insistance, traduisis la question métaphysique, enfin, surtout physique, à ma girlfriend afin de la rassurer, et tentais une réponse à ce problème auquel je me confrontais pour la première fois.

 

Faut-il, dans un couple de même sexe, (alors là, je vais parler pour les filles pour lesquelles, vous l’avez également compris depuis un moment, me porte mon expérience), faut-il donc que l’une assume un rôle viril pendant que l’autre reste femme ? C’est une vraie question. A laquelle je trouvais, finalement, une réponse assez simple. Et cette réponse me fut suggérée par la silhouette avantageuse de mon amie, et plus particulièrement, sa poitrine qui tendait le tissu mince de son chemisier estival, écartelant chacun de ses boutons dans un danger d'explosion permanent de sa boutonnière. Elle était femme et je l’aimais en tant que telle. Mais alors, cela insinuait-il que j’étais moi l’homme ?

 

Pas plus, à voir la réactive sensibilité de mes propres tétons et l’envie incroyable que j’avais de sa langue sur mes lèvres intimes qui, pour être muettes, n’en étaient pas moins expressives.

 

Donc, non, cher chauffeur, aucune des deux ne faisait l’homme. Bien au contraire, nous étions femmes et en jouissions pleinement ! Bon, je ne dis pas que, selon nos préférences innées, l’une sera peut-être plus encline à taper du marteau pendant que l’autre confectionnera un dessert au chocolat, mais ça, après, c’est comme tout un chacun, il y a des choses qu’on aime faire et d’autres pas. Mais dans le lit, c’est ensemble, et entre femmes, que nous nous aimions.

 

Pourquoi en fait je vous raconte aujourd’hui cette anecdote qui aurait tout aussi bien pu rester enfouie au fond de mon cervelet gauche ? Et bien c’est à cause de l’examen actuel du projet de loi sur le mariage pour tous dont les débats ont été polarisés sur les termes de « père » et « mère », grand cheval de bataille des députés UMP qui aiment à clamer à qui veut les entendre que ces termes seraient rayés du Code Civil par ses vilains et subversifs députés PS provoquant ainsi un mélange hasardeux des genres où l’enfant ne saurait alors plus reconnaître qui est l’homme, et qui est la femme… D’abord c’est prendre les enfants pour des cons, ensuite, il faut quand même bien faire quelque chose car appeler maman… papa, je ne suis pas certaine que cela facilite la perception de l’altérité sexuelle chez le dit enfant.

 

Car c’est quoi finalement le fond de la question ? Et bien c’est toujours la même chose : Qui fait l’homme ? Parce que notre société est encore dans ces clichés passéistes qu’il faut absolument que lorsque l’on est deux, il faut une prise mâle et une prise femelle, sans penser que depuis longtemps, la marque à la pomme a créé la première prise secteur qui ne pénètre pas mais s’aimante à son support faisant passer tout aussi efficacement l’énergie du point A au point B.

 

Alors arrêtons de nous faire peur ! Un père sera toujours un père. Une mère sera toujours une mère. Et dans un couple, l’enfant saura bien évidemment reconnaître son papa de sa maman, et faire la différence entre ses deux mamans ou ses deux papas sans pour autant mettre en péril l’équilibre de notre société. Et finalement, peu importe comment il les appellera, l’amour fera le reste.

 

Père, Mère ?... Parent1, Parent2 ?... C’est celui qui dit qui est !

Partager cet article

Repost 0

Lettre ouverte à Gérard Depardieu

Publié le par M.T

 

Monsieur l’acteur,

 

Vous vous plaignez actuellement d’une méchante cabale ourdie contre vous suite à la décision que vous avez prise de partir vivre en Belgique. Vous étonnant de tant de haine, vous ne comprenez pas comment ce peuple français, de toute évidence ingrat quant à l’énergie que vous avez su déployer dans votre belle et magnifique carrière, vous désigne du doigt aujourd’hui, vous vouant aux gémonies pour traîtrise et désertion.

 

Vous vous dites blessé d’être ainsi maltraité, incompris voire insulté par ceux qui encore hier vous encensaient. Aussi, vous drapant dans votre dignité bafouée, vous nous quittez et rendez théâtralement votre passeport français et votre carte de sécurité sociale (qui ne vous serait de toute façon plus d’aucune utilité sans plus de nationalité française).

 

Alors mettons les choses à plat, Monsieur l’acteur, et dans une sérénité retrouvée, voyons les choses telles qu’elles sont et trouvons, si vous le voulez bien, des solutions à vos graves problèmes.

 

Vous vous plaignez de payer trop d’impôt. Il est vrai que le montant de taxation qui est le vôtre est important, mais tout comme le sont vos revenus divers et variés. Vous jouez alors sur la corde sensible du « je suis artiste et vous osez m’accabler ».Mais, Monsieur l’acteur, si j’en crois votre actualité, vos revenus directs provenant de l’industrie cinématographique se trouvent loin derrière tous ceux que vous tirez de vos diverses activités commerciales (restaurants, propriété viticole, pétrole, poulets…). Ne sont-ce pas toutes ces activités annexes qui plombent votre taux d’imposition ? En gros, (et n’y voyez aucune insulte de ma part), ne gagneriez-vous pas trop d’argent ?! CQFD.

 

Maintenant, d’où tenez-vous votre réussite ? De la France, celle-là même sur laquelle vous crachez aujourd’hui, Monsieur l’acteur, et de son système unique de financement du cinéma qui permet à des auteurs et réalisateurs de tourner des longs métrages en recevant l’aide substantielle du Fonds de Soutien du CNC. Je ne vous apprends rien car vous-même avez, à maintes reprises, perçu cette aide en tant que producteur. Ne vous êtes-vous jamais demandé d’où venait cette manne substantielle ? Mais d’impôts, Monsieur l’acteur, d’impôts et autres taxes.

 

Plus personnellement, vous avez eu un quintuple pontages il y a quelques années. Vous avez également subi d’autres séjours en hôpital suites à des accidents de la circulation alors que vous rouliez, totalement ivre, sur votre scooter. Vous souvenez vous de qui vous a pris en charge alors, Monsieur l’acteur ? Des blouses blanches dévouées et payées par vos, nos impôts, toutes ces taxes qui permettent de contribuer à l’existence pérenne de services médicaux d’urgence.

 

Vous vendez aujourd’hui, dans votre rage, éructant face à tant d’ingratitude, un bien immobilier de 50 millions d’euros. Savez-vous, Monsieur l’acteur, ce que représentent 50 millions d’euros pour la plupart des gens ? Le jackpot du Loto, c’est-à-dire, la plus hypothétique mais néanmoins unique manière de gagner autant d’argent.

 

Comprenez bien que nous n’avons rien contre vous. Nous vous ignorons même superbement. Mais il est impensable qu’aujourd’hui, vous qui avez su profiter du système, le détourniez pour vous en exonérer. Parce que quitte à vivre dans une société qui pointe du doigt ses profiteurs, alors que ce soit vous, Monsieur l’acteur, qui en soyez le premier visé.

 

Vous qui avez bénéficié de nos services administratifs, juridiques et sociaux. N’avez-vous pas, dans votre jeune temps de petit acteur vécu l’insouciance d’un début de carrière, aidé en cela de vos indemnités d’assurance chômage ? N’avez-vous pas appliqué ces abattements spécifiques aux métiers du cinéma qui permettaient alors de déduire 20% supplémentaires sur vos impôts ? N’avez-vous pas perçu, au titre de vos activités professionnelles annexes, quelques subventions, aides et autres allègements ?

 

Et si vous pleurez aujourd’hui parce que l’Etat, en 40 ans de carrière, vous a ponctionné de 145 millions d’impôts, pourriez-vous alors nous donner le montant total de vos revenus pendant cette même période ? Pourriez-vous également nous donner la totalité des avantages en nature dont vous avez bénéficié tout au long de votre carrière ? Billets d’avion, hôtels de luxe, cadeaux divers…

 

Et quand bien même tout ceci serait trop lourd pour vous et grignoterait votre aisance, ne pouvez avoir la décence de vous placer au niveau de ceux qui vivent, voire survivent, avec, lorsqu’ils auront retiré de leur salaire mensuel leurs charges, une poignée d’euros ? Et je parle bien d’une poignée, trop souvent dans les 100, au mieux 200 euros.

 

Combien vous reste-il, à vous, toutes charges déduites ? Je suppose, et là je vais être méchante, et au vu de votre silhouette, largement de quoi vous nourrir.

 

Vous voulez nous quitter, Monsieur l’acteur ? Et bien allez-y puisque la Belgique vaut mieux que la France. Nous, nous resterons ici à payer nos impôts et soutenir le pays qui nous a vu naître, pour le meilleur et pour le pire.

Partager cet article

Repost 0

Salsa !

Publié le par M.T

Allez ! C'est samedi et on ne va pas se prendre la tête aujourd'hui, ni demain, sur l'actualités. Réservons nos agacements pour la semaine ! Pourtant, aujourd'hui, à lire les news, ça n'en manque pas d'agacements. Vous avez vu la dernière de Cop... non, promis, j'arrête...

 

BON WEEK-END ! Et ce soir, on danse ! Moi, j'ai déjà trouvé mon partenaire !

 

 

Partager cet article

Repost 0

Breaking the news !

Publié le par M.T

DSK devrait verser 6 millions de dollars à la dame du Sofitel... 6 millions de dollars la turlute... J'espère que le jeu en valait la chandelle !

Partager cet article

Repost 0

DSK ou de l'intérêt des dommages

Publié le par M.T

Un accord amiable serait en passe d’être conclu entre DSK et Nafissatou Dialo. En d’autres termes, DSK va payer. En Amérique du Nord, ce genre de règlements d’affaires n’a rien d’étonnant. Là-bas, on commence par vous tomber dessus, on vous plaque au sol sans ménagement quoi que vous ayez fait car vous êtes présumé coupable, on vous met en prison, on vous accuse de tous les maux, vous devenez l’être le plus abject de la planète pour finalement, le plus naturellement du monde et en toute légalité, obtenir l’absolution en échange d’un gros chèque. Evidement, si les deux parties sont d’accord, pourquoi pas. Moi cela me donne un goût d’inachevé et un peu d’amertume. J’aurais envie de dire : « Tout ça pour ça ? ». Les « shame on you ! », les retransmissions télévisées spectaculaires, DSK, menottes au poignet, marchant blafard devant une meute de journalistes fort à propos contactés, les aveux, les rétractations, les accusations, les mensonges… Et puis le fric, un gros paquet de fric sans doute et on passe à autre chose ? Curieuse justice que cette justice tarifée.

 

Alors j’en viens presque à réclamer moi aussi mon chèque. Que DSK m’envoie un peu de sous pour tout le mal qu’il m’a fait, pour avoir pensé qu’on pouvait être un homme public destiné aux plus hautes fonctions et libre de trousser la première femme de chambre venue. Qu’il me dédommage d’avoir cru qu’il pouvait envisager devenir mon Président et me trahir ainsi, dans une chambre d’hôtel, se pensant au dessus de tout et surtout de la machination ou plus simplement, d’un simple chantage ou d’une révélation dans une presse people. Je veux qu’il me dédommage d’avoir cru en lui, d’avoir suivi avec une grande attention toute sa carrière et d’avoir été fière de le voir gravir les marches du FMI, rassurée de le savoir à ce poste prestigieux, non par pour moi, mais pour le monde. Je veux qu'il comprenne à travers cette condamnation peu glorieuse où l'argent n'est qu'un torchon que l'on jette sur une tâche de gras qui ne partira jamais que désormais, la dernière image que je garderai sera celle où, lamentable et honteux, mal rasé et pestiféré à vie, il a brisé net notre belle histoire au fond d'un prétoire.

 

Dominique, tu permets que je t’appelle Dominique ?, ma carte au parti m’y autorise, tu auras été ma plus cruelle désillusion politique avant même le lynchage de Ségolène et aujourd’hui, l’investiture partiellement démocratique d’Harlem par Martine. Dominique, bon sang, la vie ne t’aura donc jamais appris que quoi qu’on fasse, l’adition, un jour ou l’autre, se présente toujours ? Ne te rends-tu compte de ce que tu nous à fait perdre, à moi, à la France ? Alors oui, après tout, cela vaut bien un dédommagement.

 

Allez va, ne t’inquiètes pas, je ne suis pas comme les ricains, l’argent reçu en pareil cas ne doit pas porter forcément chance. Moi, je me contenterai de la simple reconnaissance de tes remords. Mais j’y tiens !

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>